mardi 25 novembre 2014

La Vôge gallo-romaine

Conférence de Pierre Fetet de l'association Escles Archéologie

Vendredi 28 novembre à 18h30
au Musée départemental d'art ancien et contemporain à Epinal

Situé au sud de la Lorraine, la Vôge est un plateau faisant partie du massif forestier dénommé dans l’Antiquité sylva Vosegus.
Il abrite la ligne de partage des eaux entre la Méditerranée et la mer du Nord. Ses faibles reliefs ont permis, au moins depuis la Protohistoire, de relier les deux bassins versants par des itinéraires terrestres protégés par des éperons barrés.
Dès le Haut Empire, des voies pénétrantes ont traversé l’espace forestier à partir de Corre, facilitant entre autres la jonction entre la Saône et la Moselle ou la Meuse. Deux barrages, l’un sur la Saône, l’autre sur le Coney, semblent ainsi avoir été destinés à faciliter la navigation dans les hautes vallées, à l’intérieur d’un réseau de jonction commerciale entre le nord et le sud. Escles et Arches, qui restent avant tout des agglomérations rurales, constituent des jalons de ce réseau.
L’habitat est principalement dispersé, marqué à l’ouest par une acculturation romaine plus forte qu’à l’est, ce qui s’explique par la proximité des grands axes routiers. Le plateau à l’est n’est pas désert pour autant, comme en témoignent de nombreux vestiges funéraires ou cultuels. Un sanctuaire en bordure de voie, dédié à Mercure, les aménagements de la source de la Saône et le complexe thermal de Plombières-les-Bains démontrent également que l’espace de la Vôge était parfaitement connu et maîtrisé par les Gallo-Romains.
On y devine des activités économiques liées aux ressources de la forêt, du sous-sol, et du commerce. Lieu de passage, la Vôge formait aussi une frontière entre les cités leuque et séquane ; la localisation précise des vestiges et l’observation minutieuse du relief permettent aujourd’hui de mieux connaître cette limite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire